Petit compte-rendu du Congrès annuel, cette année à REVEL
http://www.francecichlid.com/compte-rendu-du-congres/

Débuter avec les cichlidés du Malawi

Abactochromis, Cyathochromis, Cynotilapia, Genyochromis, Gephyrochromis, Iodotropheus, Labeotropheus, Labidochromis, Maylandia, Melanochromis, Petrotilapia, Pseudotropheus, Tropheops,
Avatar de l’utilisateur
Estelle
Messages : 5070
Inscription : 06 sept. 2003 01:00
Numéro AFC : 159.91
Localisation : Verrières-le-Buisson (91)
Contact :

Débuter avec les cichlidés du Malawi

Message par Estelle » 26 nov. 2003 16:19

Image
Un premier bac de mbunas

Image
Un bac de mbunas, c'est d'abord beaucoup de pierres.
Image Nouveaux venus, ce topic vous est destiné: vous montez votre premier bac de cichlidés du lac Malawi, et vous vous heurtez à la difficulté de trouver parmi la montagne de ressources et de documentation, les informations essentielles dont vous avez besoin ?
Voici donc résumées en quelques lignes les réponses à ces premières questions récurrentes sur le forum, mais il va de soi que cet article, qui s'attache à poser les bases d'une réflexion, n'est pas exhaustif et ne remplace en rien l'expérience ou des lectures plus approfondies.

Penser son bac

Les cichlidés demandent des volumes d'eau importants, mais tout le monde ne peut se permettre de débuter avec un aquarium de 400 litres!
Il est possible de débuter avec un bac de volume plus modeste, mais dans ce cas la population comme l'agencement du bac doivent être soigneusement pensés.
Pour fixer une limite, on dira qu'en dessous de 200 litres, la maintenance à long terme de mbunas n'est pas viable.
Si vous avez le choix entre plusieurs bacs, prenez celui qui comporte la plus grande surface au sol.

Les m'bunas sont des poissons pétricoles qui se nourrissent d'algues recouvrant les rochers du lac, l'Aufwuchs, et du plancton qui s'y trouve.
L'aquarium qui va les accueillir se rapprochera de leur milieu rocheux: le bac doit être donc bien empierré et comporter grottes et cachettes ( en particulier pour que les femelles puissent se soustraire à l'ardeur des mâles )

La territorialité des mbunas est très variable. Certaines espèces sont plus territoriales que d'autres, et au sein d'une même espèce on trouvera aussi bien des individus qui défendront un territoire dans le bac, que d'autres qui s'y baladeront librement.
C'est pourquoi certaines configurations fonctionnent très bien chez certains, et pas chez d'autres !

Le mbuna le plus connu: Labidochromis caeruleus
Il vaut mieux séparer le décor rocheux en plusieurs zones délimitées par des plages de sable (pour autant que l'on puisse parler de plage de sable dans un bac de taille moyenne!!), afin de faciliter la répartition des territoires.
Il est possible d'utiliser des pierres calcaires, des galets, de la meulière, et on peut dissimuler sous ces éboulis des briques creuses ou des pots de fleurs qui fournissent de bonnes cachettes.
Attention au bon empilement des pierres, les mbunas aiment creuser le sol et peuvent déloger une pierre, provoquant ainsi une catastrophe!
Il est donc souhaitable de poser les premières pierres à même le sol, ensuite seulement de mettre le sable, et de s'assurer de la bonne stabilité de l'ensemble.

Pour le sol, on utilise en général du sable de granulométrie moyenne (sable de Loire, du Rhin, de Seine): le quartz est généralement déconseillé car coupant.Des plantes robustes ( pour résister aux petites dents des mbunas et à leur féroce appétit) qui n'ont pas besoin de sol nutritif peuvent venir compléter l'ensemble: Anubias, Vallisneria, Crinum, Microsorum pteropus, Cryptocoryne usteriana (aponogetifolia) ou Ceratophyllum demersum en surface.
L'éclairage n'est pas primordial vu le peu de plantes, mais les temps d'éclairage (entre 8 et 12 h par jour) doivent être parfois modifiés lors d'apparitions d'algues.

Pseudotropheus sp. "elongatus chewere"
Pour la filtration, on recommande un débit de 3 à 4 fois le volume du bac, il est souvent utile de rajouter une pompe de brassage en surface (ce qui permet de bien oxygéner le bac et d'augmenter le pH)
L'eau du lac Malawi a un pH alcalin qui oscille entre 7.8 et 8.5 et une dureté totale entre 7 et 10 °TH (soit entre 4 et 5.6 dGH), vous essaierez donc d'approcher ces valeurs mais il faut savoir que bien souvent l'eau est beaucoup plus dure dans nos bacs.
La température moyenne est de 24°C.

En général, l'eau de conduite dure convient pour les mbunas mais il faut se méfier de nos eaux parfois chargées en nitrates et très chlorées.
Il est donc important de tester son eau surtout au début, et de penser à éliminer le chlore avant les changements d'eau (en stockant son eau dans un container pendant 24h avec un bon brassage, ou à l'aide d'un produit adapté)
Utiliser une eau osmosée reminéralisée est vu comme une bonne solution pour avoir une qualité d'eau parfaite, mais il est peut-être plus judicieux quand on débute de ne pas trop s'embarrasser de ces détails, surtout que nos mbunas sont somme toute des poissons résistants.

Penser sa population

En effet, d'autres questions vous attendent, et en particulier celle de la future population!
Dans de petits volumes (inférieurs à 300 litres), les choix sont restreints sous peine d'assister à un carnage: petits mbunas pas trop virulents ou Aulonocara.
Dans des volumes supérieurs à 300 litres( avec plus d'1m20 de facade ), le choix s'élargit considérablement parmi les mbunas, et peut s'étendre aussi aux "Haplos" du Malawi.
On parlera ici des mbunas, car l'expérience montre que c'est le plus souvent avec eux que l'on débute.

Pseudotropheus saulosi
D'une façon générale, si les femelles se tolèrent entre elles (mais il y a quand même une hiérarchie), il n'en est pas de même pour les mâles qui ne se supportent pas.
Cette animosité est provoquée par la robe du poisson : un mâle bleu rayé verticalement de blanc entrera en concurrence avec un mâle de son espèce, ou un autre poisson présentant la même robe, quelle que soit son espèce.
De ce fait, l'une des règles à respecter est de veiller à mélanger des poissons de robes différentes lors du choix de la population (rayés blanc et bleu, rayés blanc et jaune, rayés verticalement, rayés horizontalement, unis)."
  • Dans des bacs de 200 litres, vous pouvez maintenir deux quatuor ou trois trio de mbunas (un mâle et deux à trois femelles) choisi parmi les petites espèces les plus "calmes": Labidochromis caeruleus, Pseudotropheus saulosi, Iodotropheus sprengerae...
    Dans ce type de bacs, de nombreuses cachettes sont à prévoir car les femelles vont être sans arrêt harcelées par le mâle.
  • Dans des bacs de 200 à 300 litres, vous pouvez tenter la cohabitation de trois ou quatre trios de m'bunas parmi les moins agressifs: aux trois espèces déjà citées se rajoutent Labidochromis sp "Perlmutt", Labidochromis sp "Hongi", Labidochromis chisumulae, Cynotilapia zebroides, Cynotilapia axelrodi, Pseudotropheus cyaneorhabdos (appelé commercialement Melanochromis "Maingano"), Melanochromis dialeptos ("auratus dwarf"), Pseudotropheus johannii (anciennement Melanochromis), Maylandia estherae, Maylandia livingstoni "Ngara"...
  • Dans des bacs supérieurs à 300 litres, vous atteignez des volumes vraiment corrects pour la maintenance des mbunas à long terme. Vous aurez beaucoup plus le choix, mais attention à éviter les teignes très représentées malheureusement dans le commerce: Melanochromis auratus ou Maylandia lombardoi. Avec eux, mieux vaut avoir une piscine et une certaine expérience des cichlidés...

Pseudotropheus cyaneorhabdos, une petite espèce assez placide.
Attention à l'hybridation! D'une manière générale, vous devrez éviter de maintenir des espèces dont les mâles ou les femelles se ressemblent (par exemple Pseudotropheus saulosi avec Pseudotropheus johannii à cause des femelles, Pseudotropheus saulosi et demasoni à cause des mâles, ou hybridation possible entre "Hongi" et "Perlmutt")
Pour la même raison, il faut éviter de maintenir un mâle seul de son espèce (sans femelle) parmi d'autres m'bunas.

Afin de préserver la qualité et la diversité des espèces naturelles, veillez en outre à n'acheter un poisson que lorsque vous êtes certain de l'espèce (et donc qu'il n'a pas un nom approximatif du style "Pseudo sp") ,de son origine et de sa variété géographique (ne pas mettre un mâle afra Cobue avec des femelles afra New North Reef par exemple)
Il est d'ailleurs nettement préférable de vous fournir dans les magasins spécialisés ou chez des particuliers sérieux (notamment lors des bourses) que dans des animaleries "grandes surfaces" où la qualité comme les conseils laissent à désirer.

Le mieux lorsqu'on peuple un nouveau bac est de mettre tous les poissons en même temps.
En effet, des m'bunas "installés" peuvent se montrer hargneux envers les nouveaux arrivants et cela peut vite tourner au drame.
Si le bac est déjà peuplé, vous pouvez choisir d'introduire de jeunes poissons qui ne viendront pas bousculer la hiérarchie ou prendre de multiples précautions (lumière éteinte, chamboulement du décor, tuyaux ou brique en surface pour protéger "l'intrus")

Maylandia livingstonii Ngara. Auteur: J-S
Etre patient

Mais rappelons le (si si, c'est nécessaire!), cette introduction des poissons ne se fait qu'un mois environ après la mise en eau de l'aquarium, le temps de laisser le "cycle de l'azote" s'installer.
En effet, les déchets organiques des aquariums subissent des transformations: d'abord ammoniaque (très dangereux pour les poissons) et ammonium (peu toxique), puis nitrites sous l'action d'une bactérie nitrifiante appelée Nitrosomonas, et enfin nitrates par l'intervention d'une autre bactérie: Nitrobacter.
Vérifier la concentration de nitrites dans un bac qui "démarre" (6 premiers mois) est indispensable car même à faible dose, celles-ci affectent les hématies des poissons.
L'idéal est que ce taux de nitrites soit nul (à partir de 0.3 mg/l, danger!)
Les bactéries citées ne sont pas présentes naturellement dans l'eau, il faut donc ajouter des bactéries du commerce ou mieux, des masses filtrantes d'un ancien bac qui "tourne" bien pour lancer le cycle. Ensuite, on nourrit tous les deux jours ces bactéries (quelques paillettes, soupçon de lait ou autre) jusqu'à ce que les nitrites apparaissent (au bout de trois semaines environ). Il faut attendre la fin du pic soit leur complète disparition avant d'envisager de peupler l'aquarium.
Des explications plus complètes: http://aquafish.free.fr/principes/principes.htm (merci Jérôme Dern)


Voilà, vous allez pouvoir profiter de votre bac, à moins que l'envie d'un plus grand se fasse déjà sentir? Ne vous inquiétez pas, on est tous passés par là !
Bienvenue parmi nous, le forum est aussi mouvementé qu'un bac de mbunas mais tout aussi passionnant !

Estelle.

PS: je remercie chaleureusement Steve Aeschbacher et Philippe Burnel. Les conseils du premier et les articles du second ont été une précieuse source d'inspiration.
___________________________________________________________

Quelques topics utiles:


Nourriture:
http://www.cichlidsforum.fr/mbunas-et-n ... 13600.html

Reproduction
http://www.cichlidsforum.fr/faire-crach ... t1781.html
http://www.cichlidsforum.fr/repro-captu ... t1397.html

Filtration:
http://www.cichlidsforum.fr/quelle-filt ... t2029.html

Eclairage:
http://www.cichlidsforum.fr/eclairageim ... t4505.html

Algues (un sujet récurrent pour les nouveaux bacs):
http://www.cichlidsforum.fr/probleme-da ... 13441.html
http://www.cichlidsforum.fr/taches-ocre ... ght=algues

Cynotilapia zebroides Nkhata Bay. Auteurs: J-S/MLD

Répondre

Réseau social

       

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit